vendredi 17 janvier 2014

Comment déguster un Single Malt : petite leçon avec Tormore 16 ans.

Révisons nos classiques. Cela ne fera de mal à personne. Savez vous comment déguster un Single malt dans les règles de l'art ? Non... et bien c'est le moment d'apprendre ou de réapprendre. Il y a quelques étapes simple à respecter. Travaux pratiques avec le Speyside Single Malt Scotch Whisky Tormore 16 ans !


LA ROBE
L’apparence, la couleur d’un Single Malt en disent beaucoup sur ses spécificités: elles donnent notamment des indices sur le type de vieillissement.

LE NEZ
L’appréciation au nez d’un Single Malt est une étape capitale de la dégustation. Les connaisseurs peuvent facilement reconnaître les principales caractéristiques d’un Single Malt à ses seuls arômes : son caractère tourbé, fruité, floral, épicé…

LE PALAIS
Le palais correspond à la dégustation proprement dite pour laquelle on distingue trois moments : l’attaque, le milieu de bouche et la finale.

L’ATTAQUE
est la première sensation perçue en bouche, elle peut être ronde c’est-à-dire une sensation de velouté en bouche (pour les whiskies longtemps vieillis) ou au contraire chaude, épicée en fonction du degré d’alcool. Les impressions se comparent avec celles du nez, elles peuvent être confirmées, complétées voire contredites.

LE MILIEU DE BOUCHE
permet de distinguer de nouveaux arômes mais aussi d’apprécier la linéarité du Single Malt, autrement dit la continuité observée en bouche. On parle de complexité lorsque des arômes viennent s’ajouter aux premiers ressentis.

LA FINALE
donne l’occasion de déterminer la longueur du whisky, c’est-à-dire l’impression de persistance en bouche plus ou moins longue. Enfin, il peut être intéressant de respirer le verre vide pour appréhender la complexité des arômes d’un whisky.


Cheers,

F.










Aucun commentaire:

Publier un commentaire