jeudi 2 avril 2015

Lirac AOC chez les Déserteurs, les pieds noirs du phylloxéra.


Le lirac est un vin d'appellation d'origine contrôlée produit sur les communes de Lirac, de Roquemaure, de Saint-Geniès-de-Comolas et de Saint-Laurent-des-Arbres, dans le département du Gard. Mais ce n'est pas tout.... découvrez cette appellation dont le rapport qualité/prix est aussi bon que sa notoriété spontanée est confidentielle:p



En 1866, le phylloxéra anéantit le vignoble. Particulièrement virulent il est surnommé « les taches de Roquemaure ». C'est la première apparition de cet insecte térébrant en Europe. Belle primeur non ?

Comme nul ne sait encore comment sauver ses vignes, Maximilien Richard, riche propriétaire de Roquemaure, décide de se rendre à Rome, il en revient avec des reliques d'un saint. Celui-ci se prénommait Valentin. Le 25 octobre 1868, l'évêque de Nîmes, Claude-Henri Plantier, préside à la cérémonie du dépôt des reliques dans la Collégiale, où elles sont invoquées pour sauver les vignes. Elles sont sorties tous les deux ans, lors une grande fête, le dimanche le plus proche du 14 février.
Après la crise du phylloxéra, Henri de Régis, propriétaire du château de Ségriès, pour mettre en valeur ses terres, décida, en 1925, de replanter un vignoble. Dans la décennie suivante, il entreprit de suivre l'exemple du combat que menait sur la rive gauche du Rhône le baron Pierre Le Roy de Boiseaumarié. Avec quelques amis convaincus, il décida de faire classer le terroir de Lirac en appellation d’origine contrôlée (A.O.C.). La demande en fut faite auprès d'un tribunal.
Le projet se concrétisa après la seconde guerre. Le 11 octobre 1945, l’appellation fit l’objet d’une reconnaissance judiciaire par le Tribunal d’Uzès. Après deux années d’enquêtes complémentaires sur le terrain (terroir, types de vins, etc.) les experts de l’INAO achevèrent la délimitation de l’aire d’appellation sur les communes de Lirac, Roquemaure, Saint-Laurent-des-Arbres et Saint-Geniès-de-Comolas. Ce qui aboutit à la reconnaissance de l’AOC Lirac définie par le décret du 14 octobre 1947. La nouvelle appellation devenait le premier cru des côtes-du-rhône à produire des vins de trois couleurs : rouge, rosé, blanc.

Veuillez noter un grand coup de coeur de ma part sur Luc Pélaquié et Chateau Mont-Redon. pour ce qui est de l'établissement les Déserteurs je reste sur ma faim...

Cheers,

F.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire