dimanche 18 mai 2014

Top 3 des meilleurs bistrots de Paris, Le Lebey des bistrots 2014.



Comme chaque année le Lebey des bistrots donne son palmares. Savez vous quels ont été les trois bistrots parisiens récompensés cette année ?


LES ENFANTS ROUGES
9, rue de Beauce
75003 Paris

L'enseigne (comme le marché voisin) doit son nom aux uniformes carmins de l'ancien orphelinat fondé par Marguerite de Valois… Les habitués sont désormais orphelins de Dany Bertin-Denis (et de sa carte des vins aux centaines de références) : les Enfants sont désormais entre les mains d'un ancien de Camdeborde (en cuisine) et de sa femme (en salle). Les plats sont malins, en équilibre entre le produit rustique (langue) et le luxe (homard, ris de veau) en les traitant avec une même élégance, dans une  de textures (mousse, bouillon, velouté, rémoulade…) et de modes de cuisson (four, crème froide, poêlé, braissage, rôti…). La carte des vins est désormais limitée à une trentaine de flacons bien choisis. Très bruyant le soir. Très bon pain de La Pointe du Groin.



CAILLEBOTTE
8, rue Hippolyte Lebas
75009 Paris

Après le Pantruche, Franck Baranger et Edouard Bobin remettent le couvert en ouvrant, non pas une annexe, mais un second établissement en lieu et place du Daron. Inutile de préciser que le succès a été immédiat. Bois clair dans la salle, comptoir marbré pour une poignée de convives à l'entrée, cuisine vitrée ouverte sur la salle, Caillebotte est un joli cocon dans lequel on a envie de passer du bon temps autour d'une cuisine vive, malicieuse, qui pourrait être proposée dans un restaurant gastronomique que ça n'étonnerait personne. Une bistronomie de haut vol orchestrée par un duo parfaitement rôdé qui semble avoir toujours un temps d'avance sur les attentes de sa clientèle. 



ROCA
31, rue Guillaume Tell
75017 Paris

Alexandre Giesbert qui jusque-là menait une carrière dans l'ombre de grands noms de la cuisine parisienne (Gagnaire, Briffard, Etchebest...), a repris l’ancien El Catador où il a tout loisir désormais d’imprimer son propre style. Si la juxtaposition de certains produits ou saveurs laissent parfois dubitatif à la seule lecture de la carte, le résultat se montre probant dans l’assiette : associations malicieuses entre poulpe et betterave ou jeu de textures tout aussi réussi entre clémentines et pain grillé par exemple. Seul léger bémol, le service quelque peu dépassé par les événements et certainement par le succès bien mérité de l’adresse. Pour avoir testé personnellement cet établissement. Je recommande vivement le tartare de boeuf recouvert de purée en entrée. Un must de la maison !










Cheers,

F.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire