mardi 25 juin 2019

CRISE MARCHÉ - La baisse de la consommation de spiritueux se confirme en France -2% en 2018 (en volume)




Recul des ventes sur le marché national


En 2018, les ventes en grande distribution sont en diminution aussi bien en volume (275 millions de litres soit -2,1%) qu’en valeur (4,72 milliards d’euros soit -1,34%)par rapport à 2017. Ce recul s’explique par plusieurs facteurs.

D’une part, les ventes de spiritueux se concentrant sur la fin de l’année, le secteur a été impacté par les évènements liés au mouvement des « gilets jaunes ». D’autre part, contrairement aux autres boissons, les conditions climatiques n’ont pas dynamisé le secteur des spiritueux.


Concernant les spiritueux, deux catégories se démarquent toutefois : les rhums affichent +5,7 % en valeur (+3,3% en volume) et les gins progressent de 7,6% en valeur (+2,4% en volume). Les innovations restent le principal vecteur de croissance du marché, qui continue de se prémiumiser pour répondre aux nouvelles attentes et exigences du consommateur.


En 2019, l’application de la loi Egalim au 1er février (application du SRP +10%) a eu pour conséquence une hausse des prix (5% à 8% selon les produits) sans pour autant créer de la valeur pour les entreprises. Dans un contexte de rentabilité décroissante, il paraît plus que jamais nécessaire d’enrayer la guerre des prix destructrice pour les fournisseurs.



Le CHR : incubateur de tendances pour les spiritueux


Le secteur des cafés-hôtels-restaurants représente 10% du volume des ventes de spiritueux. Les volumes diminuent légèrement en 2018 atteignant 28,7 millions de litres(-1.46%). Les gins (+19%), les amers (+8,3%) et les rhums (+2,4%) poursuivent leur progression. Porté par la tendance cocktail, le nombre de références dans les CHR se développe : +19% en 2 ans. Ce dynamisme bénéficie notamment aux marques développées par les PME/TPE.

Source : FFDS

Cheers,

F.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire