mardi 27 octobre 2015

Spiritueux Magazine : Comment traiter une intoxication au méthanol ? par une perfusion à l'éthanol réponds la médecine...


Voilà, vous vous êtes mis à la distillation clandestine dans la cave de bon papa. La cocotte minute modifiée fonctionne mais voilà vous avez prélevé approximativement les tête de chauffe... et du coup, en cette heure avancée de la nuit après quelques façons bus, vos amis agonisent dans le salon ? Aïe, c'est vrai le méthanol n'est pas potable. Tout n'est pas perdu. Avant de penser sérieusement au suicide à de partir acheter un noeud coulant (je parle de la corde hein, non pas d'un sexe masculin aux bords de l'éjaculation) chez Eponine l'enfant sauvage dotée de ressources, essayez l'injection à l'éthanol pour les remettre sur pied...

Dans certains cas particuliers, l'alcool peut être utiliser dans le milieu médical pour apporter des soins à un patient. En lien avec l'actualité voyons ici comment le Pr Bruno Mégarbane soigne une intoxication au méthanol par une perfusion d'éthanol. Une information qui sera aussi utile aux Tontons Flingueurs qu'aux malheureux buvant du "bizarre" dans des contrée exotiques... 


L'intoxication aiguë au méthanol est rare mais potentiellement grave. Son incidence est inconnue. Elle est responsable de l'apparition d'une acidose métabolique avec élévation du trou anionique, due à l'acide formique, produit du métabolisme du méthanol par l'alcool déshydrogénase (ADH). 

Les intoxications graves peuvent se compliquer de coma et d'atteintes visuelles pouvant conduire à une cécité irréversible, en raison de la toxicité propre à l'acide formique sur la rétine et le nerf optique. Le traitement classique de l'intoxication par méthanol associe la perfusion de bicarbonates, l'inhibition du métabolisme du méthanol par l'alcool éthylique et l'élimination des formates par l'hémodialyse. 

Le 4-méthylpyrazole (4-MP) ou fomépizole est un inhibiteur compétitif de l'ADH, dénué d'effets secondaires. Il a été utilisé avec succès dans plusieurs cas d'intoxication aiguë pour bloquer le métabolisme du méthanol par l'ADH. Son efficacité a été démontrée au cours d'une étude prospective américaine. Il dispose désormais en France de l'autorisation de mise sur le marché dans cette indication et représente l'antidote de choix lorsqu'il est disponible. 

Contrairement à l'éthylène glycol, la place du fomépizole comme alternative à l'hémodialyse en l'absence d'insuffisance rénale aiguë reste débattue en raison de la demi-vie plus longue d'élimination du méthanol, contraignant alors à une administration prolongée et coûteuse de l'antidote. 

Néanmoins, le traitement antidotique est indispensable en cas d'ingestion significative ou d'acidose métabolique. L'hémodialyse se discute au cas par cas, en présence d'une acidose métabolique profonde, d'une insuffisance rénale aiguë et/ou d'une concentration plasmatique de méthanol > 0,5 g/l. La décontamination digestive n'a pas d'intérêt. 

Un grand merci au Dr. Maxime Eloi pour l'information.

  • Cheers,
F.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire