samedi 7 octobre 2017

LOWCOHOLS, CES SIGNES EXTÉRIEURS DE MÉDIOCRITÉ.


Si vous jetez un oeil sur le speedrack d'un bouclard/bistroquet/estaminet/rade et que vous voyez ces marques une seule alternative: fuyez sans vous retourner ! Bienvenu dans le monde merveilleux des Lowcohols: le moins cher du moins cher des spiritueux. Dommage que le tube de paracétamol ne soit pas "offert par la maison" pour l'achat d'une bouteille. Il pourrait/devrait l'être. Parce que même si c'est pas cher c'est toujours trop cher pour avoir mal au crâne...

PAS CHER, PAS BON.

Je ne sais même pas comment les entreprises propriétaires de ces marques d'infamie font pour payer les matières sèches du conditionnement:

Fjorowka, VODKA
Delaitre, COGNAC

Cette photo, un cas d'école, a été prise au Hameau dans le 17e (le même propriétaire que le Latéral Café avenue Mac Mahon). Si l'établissement à l'air looké tendance à l'extérieur, la sélection de spiritueux révèle l'envers du décor. Les établissements parisiens sont de plus en plus nombreux à se travestir derrière de belles devantures de porte qui donnent envie. Ne vous y fiez pas : la vérité est au fond de la bouteille.

FLAGRANT DELIT

La sélection de spiritueux à la verse ! Voici un signe exterieur de médiocrité flagrante bien connu des voyageurs de commerce en boisson. Seuls les professionnels de la restauration ont accès à ce genre de camelotte dans leur cash & carry préféré ou chez le discounteur. C'est l'étagère tout en bas du rayon, là où les prix ne comportent que très rarement deux chiffres avant la virgule.

Un établissement de débit de boisson fait au minimum minimum du x3 sur le cost du cocktail (et encore je suis polis). Un peu de décence que diable, respectez vous. Vous êtes ce que vous buvez/servez, alors pour maintenir une réputation évitez de boire/servir ce genre de vitriol. En vous remerciant...

Cheers,

F.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire