dimanche 1 janvier 2017

Bling blind tasting, classement des meilleures vodkas.


Palais mon beau palais dis moi qui est la plus belle. L'idée me trottait dans la tête depuis un petit moment : organiser une dégustation de vodkas à l'aveugle avec quelques uns de mes pairs. L'objectif était de répondre à la sempiternelle question des barmen : "Y-a-t'il une réelle différence gustative ou s'agit il seulement de marketing et d'image de marque que l'on appose sur un alcool neutre ?".


Nous avons donc pris arbitrairement 9 vodkas au positionnement totalement différent: Eristoff, Absolut, Decision, Absolut Elyx, Stolichnaya, Grey Goose, 42 Below, Pyla, Cîroc. Deux heures de dégustation à l'aveugle ont été nécessaire pour les départager. Chaque vodka a été gouté pure, puis coupée avec 50% d'eau minérale pour provoquer une hydrolyse révélatrice des aspérités aromatiques et réduire la solution à 20% vol. Les résultats sont étonnants. Vous trouverez ci-dessous notre "top" des meilleurs vodkas.

Parmi ce "top" des vodkas vous retrouverez 2 vodkas françaises ! Pas étonnant. Savez vous que l'on produit plus de vodka que de cognac en France ? Cette catégorie représente 161 millions de bouteille exportées en 2014 contre seulement 154 millions de bouteille exportées pour le roi des spiritueux français à savoir: le cognac. Grey Goose et Cîroc réunies representent à elles seules 6,4 millions de C9L/an contre 5,4 millions de C9L pour Hennessy. Hennessy qui lead le marché du cognac avec plus de 49% de part du marché mondial. La nuance tient au rapport en valeur: 400 millions de CA pour la vodka made in france contre 2 milliards de CA pour le cognac...

N°1
42 Below - la plus équilibrée de toutes. En effet cette néo zélandaise est à la fois : pas trop sèche, ni trop grasse, pas trop aromatisée, sans être neutre non plus. Son positionnement prix en France très intéressant. J'en ferai une vodka de verse de qualité. C'est clairement le meilleur rapport qualité prix de la dégustation et de loin. NB: 25€ à LMDW.



N°2
Pyla - Le plus beau nez selon le jury. Je tiens à souligner ici le magnifique travail de la maison Valdronne autant sur le fond que sur la forme. L'identité est nette et justifiée : on la retrouve au nez. Ces arômes qui rappelle les effluves des pins marîtimes de la forêt des Landes (plantée par les Flamants sous le reigne de notre bon roi Louis XIV pour assainir les cotes marécageuses du sud ouest comme celles du médoc). Cela pourrait être assimilé à une faute de goût pour les puristes, néanmoins le nez reste plaisant car peu marqué et la bouche très douce. 36€ chez Wine and co.


-----------------------------------------------------------------------------------------

LES VODKAS QUI SONT TROP

-----------------------------------------------------------------------------------------


Grey Goose - Grasse, très grasse, voir trop selon notre jury. On ne présente plus cette vodka de Blé BPS distillée en Picardie puis réduite à 40%vol. et mise en bouteille à Gensac la Palue. A la base de ce succès, une texture en bouche incomparable. Comment l'obtenir ? Seulement grâce à une distillation ? Mystère. Il faudra demander cela à François Thibault le Maître de Chai de la maison qui a fait ses classes chez les cognacs H. Mounier. 37,99€ chez Cdiscount.






Cîroc - Trop aromatique au nez et en bouche pour une vodka (fleur d'oranger, agrumes). Cette vodka à la particularité d'avoir été produite à partir de jus de raisin fermenté. De plus le vin subit une macération à froid pendant 48h avant de lancer la fermentation alcoolique. Résultat : une superbe extraction aromatique. Le distillat obtenu est très très floral. Vraiment trop pour être une vodka de verse en tout cas. A vrai dire elle sent tellement la fleur d'oranger que l'on se demande si une main légère n'a pas ajouté quelques extraits aromatiques. Je serai tenté de dire que nous sommes quelque part entre la vodka et une variation de compound gin axé sur les agrumes. Pour une dégustation sèche ce spiritueux est par contre très intéressant car la plus value organoleptique est réelle. Tout depends de ce que l'on attends d'une vodka en fait. 39,99€ au TPLS.


Décision - Trop neutre au nez et en bouche. Cette particularité pourrait en faire pourtant une très bonne vodka de verse. Ceci même si son design de bouteille la rends particulièrement inconfortable derrière le bar pour une service rapide et efficace: ne passe pas bien en speed rack. C'est le type de vodka qui pourrait donner raison aux détracteurs de la vodka. Vous savez, ceux qui dénoncent ce spiritueux comme étant un simple alcool éthylique d'origine agricole. 29,99€ sur la boutique en ligne de la marque.



Stolichnaya - Trop agressive (vraiment). Voici une vodka bien sèche et dure en bouche, une vraie boisson d'homme comme l'aurait qualifiée Fernand Naudin. A déguster à la limite de la fusion. Ceci sous peine de voir sa langue méchamment punie. Mais c'est peut être le style russe qui veux cela ? 17€ chez LMDW.



HORS CLASSEMENT

Dans un autre catégorie, 100% tubercule de pomme de terre, la vodka Vestal. Un arrière gout de racines coupées qui ne laisse pas indifférent. L'impact de la variété de pomme de terre semble réel. Well done guys !


Cheers,

F.


2 commentaires:

  1. Il était une fois une vodka dont les origines en terres slaves lui avaient donné son goût, son caractère et l’esprit du terroir.
    Mais au cours des siècles derniers, les états, les grandes entreprises et la mondialisation l’ont transformée en un
    produit industriel sans saveur plutôt destiné à être associé à d’autres ingrédients.
    De plus, les vodkas se distinguent aujourd’hui l’une de l’autre, plus par leur luxueux emballage que par ce qu’il y a
    dans la bouteille. La pureté, leitmotiv de gros producteurs, signifie en fait trois,quatre, voire cinq distillations différentes,chacune dépouillant petit à petit la vodka de ce qui aurait fait son caractère.
    Chez Vestal Vodka, nous voyons la pureté comme une qualité simple et terre-à-terre.
    Nous ramassons nos pommes de terre assez tôt quand elles sont encore petites etpleine de saveur. Nous sommes exigeants quant au type de variété que nous plantons et l’endroit où elles vont pousser, conscients que ce qu’un vigneron français appelle le terroir est aussi important dans notre production.
    Nous ne distillons qu’une fois pour capturer et retenir tous les arômes exotiques et les saveurs qui donnent à chacune de nos petites cuvées leur esprit à la fois de temps et de lieu.
    Comme pour les vins, nous indiquons le millésime sur les bouteilles car chaque année a ses spécificités et offre un alcool différent d’une année sur l’autre. Enfin, nous utilisons des bouteilles de vodka simples, à l’ancienne, emballées de manière sobre. Le contenu nous importe plus que le contenant.

    Avaliable at LMDW in France.

    RépondreSupprimer
  2. La Grey Goose est un pur produit marketing. L'ayant comparée aux meilleures, je puis dire qu'elle est du niveau de la Russian Standard Platinum : très bon niveau, mais pas excellent. La meilleure en terme de pureté est la Beluga, tous ceux qui l'ont goûtée le confirmeront. Pour la texture, je ne vois vraiment pas en quoi elle se distingue, elle fait vraiment pâle figure face à la Stolichnaya Elit...

    RépondreSupprimer